Le totum et la pharmacie !

La possibilité d’isoler des molécules particulièrement actives de certaines plantes a ouvert la voie a la médecine allopathique. On accorde alors parfois à ces molécules des propriétés suffisantes pour donner le statut de « médicament » à des produits les contenant.

Et même, sans parler de médicament, le statut de « plante thérapeutique » est également donné, la phytothérapie étant par définition une discipline de l’allopathie, médecine qui par ailleurs utilise communément l’aspirine issu du saule pour ne citer qu’un exemple.

L’activité d’un végétal est donc communément rattachée à la présence du principe actif majoritaire qu’il renferme. Mais ne doit-on pas tenir compte de la notion fondamentale de Totum de la plante, qui représente la vraie Phytothérapie et l’homéopathie, celle qui prend en compte la totalité des principes actifs qui agissent en harmonie ?

En effet, n’oublions pas qu’une plante produit des substances en général pour se protéger, se nourrir, s’améliorer, se reproduire et bien sûr qu’une seule molécule n’est pas suffisante à prendre en charge l’énorme travail que cela demande. En effet, de nombreuses autres sont là pour optimiser, accélérer et organiser tous ces mécanismes. Elles agissent alors en synergie et par complémentarité…n’en est-il pas de même pour notre organisme?

C’est en cela que le totum de la plante prend tout son sens…pourquoi donc dépenser de l’énergie à vouloir tenter de faire mieux que Mère Nature ?

Par exemple … pour l’harpagophytum, il a été montré que les harpagosides, seules molécules considérées comme les principes actifs de cette plante, avaient un effet inflammatoire dix fois inférieur a celui de l’extrait total de plante.

De même François Mortier professeur à la faculté de Pharmacie de Nancy a notamment montré pour l’artichaut une action diurétique très faible des acides phénols et des acides alcool en comparaison avec celle de l’extrait total .

Nous pourrions même aller plus loin en disant que «Le tout est supérieur à la somme des parties » l’ensemble des constituants étant plus efficaces que si ils étaient pris séparément.

totum

Bien sûr, pour retrouver cette synergie dans notre organisme, la méthode d’extraction et la forme galénique sont capitales

Même si il est encore impossible de breveter un plante entière…de nombreuses nouvelles formes galéniques voient le jour afin de mieux conserver la totalité des principes actifs et se trouvent de plus en plus prescrites.

Même si le Totum garde tout son mystère, il offre un champ de recherche immense qui sera certainement exploité d’ici quelques années!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur internet?